Au Bunker de la dernière Rafale

............le blog de Norkhat 0_O ...sous le signe du Capricorne et du hasard-objectif...

13 avril 2007

J'voudrais dire un slam...

LE METRO DE LA TRAME



J’voudrais dire un slam pour un grands corps malade.
Pour l’avoir écouté de ballade en ballade…

Si, et par des temps anciens on a écrit DES LIVRES ENTIERS
Sur des chevaux…

Ce qui m’obsède – moi -- c’est le METRO.


Et v’la que je le nomme
Mais qu’est-ce qu’eul métro nomme ?

C’tun métronome – autonome

UN GRAND CHROME QUI BRAME

La trame du métro  …   LE MÉTRO DE LA TRAME.



Et  ses  couloirs -- qui s’accablent de câbles
Ce train qui grince  --  sa trace
partout des graphes
/où que tu passes

V’la la couleur des choses rapides
Cette texture mouvementé

Mouvante des cœurs / trépide

Il est temps d’inventer / l’écriture
De ce qui se trame dans l’tromé ::


Certains serpents tintent à sonnette
D’un métal - – pas honnête

Mais nous sommes d’ce serpent
Qu’arpente après l’arpent
--Des pentes
            notre descente sert
                        d’être ailleurs


Dans ce monde de poussière // on voit pas défiler l’heure


Et c’est le monde qu’on boit
Qu’on a bu – qu’on a vu

On se lève -- on s’abaisse
Mais l’voyage sous terre
C’est le voyage au rabais

               
            Dans le métro
              Baisse les yeux
                 Si tu veux pas croiser son regard

            Tu te regardes un reflet
            Dans la vitre qu’est miroir
            (D’intensité)

Mais belle si d’un regard
                    Toi qu’habites sur l’autre face du quais.


            
                La marche / L’attente sur un mode singulier
                Les flots—les flux—les regards
                Mais l’pire dans l’tromé
C’est l’trop-plein.
                Ct’humaine compression
                Qu’empire avant d’se frayer un chemin
       
            Dans le Wagon
                Y’a cette fille qu’est plus grande que moi
                Dame j’ai pas la place déplier un regard
                Parce que j’ai les yeux dans ton bras


 
Et j’regarde qui sont des hommes -- et puis des femmes
            De ces corps distant dont parfois
                    Je ne vois que les pieds –
--des jours de vague-à-l’âme

            Assis d’escarpins -- des converses
            New-Rock ou mocassins
            Des Tennis et pieds nus
            Des nus-pieds éthérés
            Des pantoufles fatiguées
            Des paires dépareillées
            Et des chaussures neuves qui couinent.
            
            Ceux qu’empestent et d’autres – un peu trop clean
            Des jeans délavés
            Des jambes épilées

            Des tissus d’étoiles...


On a tous vu de quoi j’parle :: le spectacle de l’humanité


De ces gestes perdus - - de conversations entendues
            Ceux qui débordent d’un sourire
            Un rire qui porte
            Ceux qui s’emportent
            Celui—qu’un tic envahit
            Cette fille que l’impatience – trahit.

            Ceux qui parlent au portable
            Et qui sont pas gênés d’te faire sentir
            Qu’ils ne sont pas de ton côté

            Ceux qui pianotent la danse
            De leur correspondance Ès et Messée
            Ceux qui attendent un appel—un rappel
            Ceux qui disent : « ça à coupé »


            Des amoureux qui se tiennent par les poignets
            Sur les genoux – par les nous
            En bouche debout –ceux qui s’embrassent
            Ceux qui s’enlacent
            Des kiss discrets—aux patins lovés
            Ceux qui les font résonner
            Ceux qui se disent des mots secrets


            --J’entrevois des visages
            Trop près qu’on voyait pas --Qu’on envisage quand ils s’éloignent
            Ceux qui se traînent et ceux qui se magnent
   
            Moi je rêve, pis y’a ceux
            Pour qui l’tromé
            C’est le dortoir de Paname.
            
          
            J’oublie pas ce pauvre
            Qui d’mon enfance plus p’tite qu’un dossier
            Entrait dans la râme aigrelette – déclamait

            « une minute de poésie :
            sous-le-pont-mirabeau-coule-la-seine »

       
        à toi mon misérable : j’connaissais pas l’Apo
                        ni les Ponts – ni la scène
                            Ni l’amour – ni la haine
            
   
        Et j’avais peur de toi eul squelettique apôtre
        J’oublie pas qu’à la fin—tu nous disais merci
                J’comprenais pas pourquoi
        Maintenant je sais—merci.


Le tromé parfois ‘en fais des rêves : tu les connais
            De ces couloirs qui n’en finissent jamais
            Ceux qui passent sous la mer
            Ceux dont on ne revient jamais

Une grande pancarte // pendue au d’sus d’un escalier
ICI DE BIEN ETRANGES RENCONTRES SERONT PERPÉTRÉES


-- mais le jour  c’est la sation DEBOUT

            Les bras crochés aux crochets
            D’barres de fer à poignées

            Y’à Celle dont on voit le nombril   
            Et Ceux qui ont les cheveux rasés

            Les vitres griffés de coups de clefs&de reflets

            Les murs blancs dallés
            La ligne bossuette – faite pour les non-voyants
            Ceux qu’on voit pas – ceux qui sont sûrs d’être voyants

            Ceux qui tendent -- des embuscades dans les couloirs
            Ceux qui dorment comme des loirs.

            Ceux qu’à dix treillis sur un joueur de djembé
            Aux couleurs de la RATP –bleu / vert
                    Rien à péter


(Et les brocarts de publicité jetés à la face)
   
        Ceux qui dessinent des signes—sur des carnets
            Ceux qui disent : « je te connais ? »

          

            Ceux qui vivent
            L’eau vive des couloirs
            Bruissante de lampe-phares
                Et l’air des souterrains—le soir

            Le métro aérien – paris vitesse accélérée
            Ses misères et ses trains
            Barbès façades d’jardins secrets
            Graphès d’inaccessibles sur les toits
Canal Saint Martin – la Seine et des tours qui chatoient
            Quelques moments d’bonheur
            Mais la trame du métro
            C’est c’te ville souterraine
            Cette ville où t’es reine

Des voûtes et d’asiles des palais
Par paliers : le jour artificiel – partout où t’esperais.



Les stations / y’a les originales
Et celles qu’on a écorchées.



            QUAI DE LA RAPÉE
                A PAS D’HEURE
                    A  PAS D’HEURE : tout à dérapé

Y’a des brise-lumière sur l’eau longue de nuit
Ça va perçant jusqu’au cœur
Ce pont de pierre qui s’enfuit
Les lumières – comme des leurres


        Ce jour d’après-minuit   
        Et c’tromé qui dérive
        D’une rive à l’    autre -- ivre

Il faudra VIVRE
        Car les pleurs n’arrêtent pas
La course de la nuit.



Tu l’entends venir de loin
                Cet aire de blues ou rap ou jazz
                Insolite écho rock       
                Des plateformes qu’entrechoquent
        La musique
                Pour sûr qu’eul murmure des murs—dure
                C’te musique tapie que la sourdine --emmure
                Sur des tapis roulants – v’la des tapis volants
               
                Le baladeur total-kamok quand tu planes.   


    A Châtelet’escalator
            Y’a c’te mosaïque – d’rubans enrubannées
            En toute simplicité

            O’ Tel de Ville –cte couloir que des zigues avaient libérés.
            Pas une pub sur cent mètres
            On pouvait respirer



            La trame du métro // ou l’voisinage
            Du voyageur d’en face // ou l’usagère
            La voyageuse légère
            Les yeux perdus – sur des détails imaginaires
            
            Et cette femme aux cheveux noirs très longs
            La trentaine d’années damnée
            Et moi qui faisait semblant de lire
            Et qui la regardait

            Quand elle s’est levée je n’ai vu qu’un instant
            Qu’sa main gauche était -- – en cire

            Et cette jeune fille aux cheveux blancs si blancs
            Qu’elle avait l’épaule si griffée
            Elle qui était tatouée
            Avec les yeux de celle qui a – qui va pleurer…
       
          
            De ces destins qu’on croise dans le métro
            Souvent—on a rien cirer
            Mais depuis ce jour je connais le sens
D’une main qui sur l’cœur est porté
En signe de naissance.   

            Le métro porte ouverte au cœur de l’humanité.
                        


Posté par norkhat à 20:19 - Poé-sie - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    quel rythme ! les lettres donnent le tempo, on entend au loin la rame qui gronde... grandiose !

    Posté par Greg, 06 mai 2008 à 23:14
  • Amusée =)

    Je ne doutais en aucuns cas de vos talents pour l'écriture. Néanmoins vous me surprenez par le choix de vos mots & l'orthographe de certaines phrase en pervertissent tout le sens. Félicitations.
    Et moi qui pensais -naïvement j'imagine- être la seule par des gestes & des regards tenter de deviner l'histoire des voyageurs.
    Bravo, & merci.

    Posté par Diaz, 24 mai 2009 à 21:58
  • Le métro

    J aime. Bien

    Posté par Farielle, 25 avril 2012 à 12:01
  • et dire que ça passe aussi merveilleuseuement bien à l'écrit !
    vous n'avez, cher norkhat, jamais été assez félicité pour ce morceau d'anthologie.
    Au plaisir

    Posté par lm, 14 avril 2007 à 21:58
  • bravo !

    il me tarde de te l'entendre dire ton slam !
    il est superbe !
    bisous
    lady-agath

    Posté par lola, 16 avril 2007 à 12:45

Poster un commentaire