Au Bunker de la dernière Rafale

............le blog de Norkhat 0_O ...sous le signe du Capricorne et du hasard-objectif...

16 octobre 2009

/// Season Two ///

Je crois que j'ai ouvert ce blog la veille d'un énaurme concours blanc de Khâgne, alors que j'arrivais pas à dormir et que j'avais trop de chose à mettre en vrac sur cette Toile. La chose, est devenue depuis sinon une petite étoile, au moins ma petite planète avec volcan, fleurs et baobab.

Cette année, il y aura aussi beaucoup de travail, des concours, mais aussi la transcription de 60 carnets qui débordent des étagères et qu'il est temps de consulter, d'annoter, et dont j'espère tirer de vastes projets, de belles choses, dont je vous parlerai ici.

Plus de critiques, plus de chroniques, plus de liens vers des terres lointaine. Car il est évident, que la moindre plateforme d'expression sur internet, sert à publier, mais aussi à retransmettre, à rediriger, à renvoyer vers, constituant ainsi un nexus sur votre chemin,

Paul Valery écrivait que le fond de l'esprit était pavé de carrefours.

Ce blog, placé sous le Tropique du Capricorne, pour Corto Maltese, et sous le sigle du Hasard-Objectif, parceque le hasard des ruelles, les choses que j'y trouve, les choses qui m'y trouvent, et les aventures qui en découlent sont le sel de ma vie : des hasards qui s'enchaînent, ce qu'on appelle coïncidence quand on ne veut pas trop s'y mouiller et ce qu'on appelle belle occasion quand on choisit d'y plonger, d'y glisser, de fait-glissade en fait-précipice, au devant de rencontres, d'art, de surprises.

Et quoi de mieux qu'une surprise ? Je vous souhaite la bienvenue sur ce petit espace dévolu aux sens des mots, aux sensations des corps.

Pour débuter cette nouvelle saison, je vous propose un petit récapitulatif des épisodes précédents, qui sont autant des textes, que des rêves, que des thèses, que des vies :

L'OMBRE OÙ LA LUMIÈRE  ou comment un retour catastrophique se change en mode initiatique en quatre épisode.

PREMIER - DEUXIEME

TROISIEME- QUATRIEME

Epilogue - PPS

Des Slams :

LA TRAME DU METRO OU L'METRO D'LA TRAME en chair et en os à la Suite.

INFERNO/INFRNO: voyage en l'enfer de Dante live au B.I.P

LE RËVE DES DEUX ETATS DU MONDE et de ces convictions qui nous viennent des nuits de fièvres.

JE VIS DANS L'APRÈS-TRANSE ou comment une répétition de théâtre peut dépasser toutes les bornes

CE QUE C'EST QUE LE GRAAL ou le véritable trésor d'une enfance.

CONAN LE BARBARE AU XXIème SIÈCLE ou la preuve par l'image

AURELIADE : errance inopinée dont l'issue dépassera toutes vos espérances

PLONGER A MARSEILLE                          DANSER AU GLAZ'ART

TWO IN THE MAURNING AND WHAT IS CINEMA ?

UNE CHRONIQUE DE SHORTBUS DE J.C. MITCHEL, SEX, LOVE AND ART.

Bien sûr ce sommaire n'est pas exhaustif, il y a mille petite choses, des images, des calligraphies, des coups de sang & de coeur que vous trouverez en vous baladant, un simple mot de votre part justifiant que je sois venu ici les écrire.

"At the beginning was the Blakc Squirrel, and he ate Cheese."

Deux années pleines de Dan Simmons, de KABUKI, de David Mack, Neil Gaiman, Alan Moore, Michel Butor, Jodorowsky, Tarkovsky, John Cameron Mitchel Jr, avec SANS UN REGARD de José Luis Peixoto, avec HOUSE OF LEAVES et ONLY REVOLUTIONS, avec GANDAHAR, avec Lynch, avec Zak Smith l'artiste Punk et SPIDER JERUSALEM le journaliste gonzo, avec Zampano, Jack and Jill, Sam & Hailey, Sailor & Lula, Bonnie & Clyde, Pierrot & Marianne, Noam & Kenza.

Avec vous, mes chers amis.

Date stellaire deux point trois point quelquechose, we are back on the road.

Posté par norkhat à 13:31 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    Miroirs

    Salut Norkhat,

    Si tu le permets j'ajouterai une réflexion à ce jeu de miroirs : celle du lecteur qui est peut-être ton inventeur. Et vice versé...
    Voilà que s'en profile une autre : celle des mots et de l'écho qu'ils trouvent en chacun de nous, pour réinventer sans cesse le monde et se l'approprier.
    J'aime bien ton récit de voyageur imaginaire.
    Ca me fait penser à "Fable à Venise" et surtout à
    José Luis Borghèse.
    Es-tu un lecteur de Borghèse et des "Ruines circulaires" ?
    C'est une des nouvelles qui m'ont fait rêver le plus et m'ont donné envie d'écrire. Son " Don Quichotte" aussi.
    (Amusante coïncidence sans incidence que de se trouver sur la même page par le jeu de quelques mots-clefs quand on apprécie des choses similaires.)
    C'est tout pour cette fois. A+
    Kris

    Posté par Trésors barbares, 20 octobre 2009 à 10:11
  • Merci !
    Et il y a de la fable de venise derrière tout ça
    mais tout récit de voyageur, ici, est loin d'être fictif.
    Tu parlais de l'ombre où la lumière ? c'est tout à fait averé !

    Et que dire de Borgès, tout y est si bon et si différent
    le recueil l'Aleph est très précieux.

    c'est vraiment un maître secret, ce B.

    Posté par Norkhat, 20 octobre 2009 à 12:07
  • Lux et beauté...

    Marrant mon lapsus : Borghèse, comme le magnifique palais italien que j'adore, au lieu de Borgès, le labyrinthique(, que j'adore aussi).
    L'ombre et la lumière, ah, touchée ! Je les traque sans cesse et c'est un peu moi-même.Comme toi-même aussi, je suppose.C'est l'objet de la quête, la somme des deux et la quête elle-même. L'ombre et la lumière, l'écrivain et ses personnages,la rencontre de "l'Autre".
    Je n'ai pas lu le "Recueil d'Aleph",( je vais m'empresser de le faire) mais j'ai dévoré "Le livre de sable", "Fictions",l'"Histoire universelle de l'infamie". C'est un maître pour moi aussi : concision, sens du mystère...tout y est.
    Je mettrai bientôt en ligne le livre que j'écris :
    "Le visage sans tain", entre Rêve et Réalité, Ombre et Lumière , sérieux et grotesque ...
    fantastique. Un jeu de masques et bergamasques.

    Posté par Trésors barbares, 23 octobre 2009 à 10:11
  • crapule

    Envoûtant, voûtes portantes, fous pourtant.

    Posté par La Crapule, 05 janvier 2010 à 01:43

Poster un commentaire