Au Bunker de la dernière Rafale

............le blog de Norkhat 0_O ...sous le signe du Capricorne et du hasard-objectif...

05 juin 2008

n636260782_827290_906

Posté par norkhat à 13:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

I was marooned here
a very long time ago
and cannot figure why
or how

Posté par norkhat à 04:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2008

Cette nuit
d'arcanes

LE PENDU - LE BATELEUR - L'IMPERATRICE
XII                   - I-                    III

well well well

Posté par norkhat à 02:29 - Commentaires [3] - Permalien [#]

02 juin 2008

TEATRO-ARMADO : MARAT-SADE AU THEATRE !

Image_17

J'espère vous y voir, parlez-en à vos amis !
Et réservez...c'est important : la salle est une salamandre !

Posté par norkhat à 23:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]

.

OMNIA MUTANTUR

Posté par norkhat à 23:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sidouri, O Sidarta !

One of these days
i will tell you the story of gilgamesh...

who went faraway
and went back.

Dear friends, at world's end there is nothing like the world's ending

there is an Inn

la taverne du bout du monde,
and we've encountered it so many times.

Each time we rest and sleep and tell tales in a sanctuary,

a place where we will not come to harm.

because in all our adventures, sometimes we just need to rest and talk and think for a moment

and Sidouri's Inn is there.

A la croisée des mondes, dans tous les sanctuaires, au fond de mon bunker,
dans un salon de thé du Cour Julien, au premier étage de Shakespeare and Co,
à la taverne des Alchimistes, où qu'elle soit aujourd'hui...


It is the most beautiful gift from  Gilgamesh's tale,
the link between all our worlds.

And Neil Gaiman thought he had fooled me all the way with his multiple layered stories, in an Inn, at world's end,
but I know Sidouri when I see her, don't I ?

Un jour je dirai l'épopée de Gilgamesh avec mes mots
et mes images...

Les histoires anciennes sont contés, racontés et recontés.
Comptées, comptées, pesées et divisées

Les histoires nouvelles sont encore à venir.

A ce sujet... si certains d'entre vous cherchent encore le Graal
je sais parfaitement où il est
et je peux vous dire que ce n'est ni un calice ni un plat à poisson,

le graal...
quand j'étais en enfance sur une pente
boisée
et glissante de feuilles et de châtaignes comme le sont toutes les pentes
du pays-fée
j'ai trouvé les restes d'une vieille cabane de chaume
et d'un chaudron

un vieux chaudron percé
de sorcières
et c'était un trésor secret
qui revint en rêve

Bien plus tard j'ai pensé 
par Tau Ceti !
le Chaudron du Dagba
le Chaudron de Taranis
le GRAAL
il a toujours été là
à nous tirer sur la pente,

à nous faire glisser
sur des feuilles, de châtaignes, à travers les fougères

de fée en faits-glissades,

jusqu'à la lagune des beaux songes en contrebas

dans ce chaudron sont concoctés nos songes, nos désirs,
et nos folies.

Mais je me trompais,
et de toutes les façons le chaudron était percé
par des sorcières ou par des fées
le liquide est passé dans la terre

puis dans les fougères dont, shaman improvisé, j'appliquais les spores oranges
sur les égratignures de ma petite soeur et de mon cousin quand ils tombaient dans la forêt,

puis dans les chataîgniers, ce qui explique mon addiction pour une certaine crème.

Puis le liquide est passé dans les airs,
n'avez vous jamais rencontré, dans des circonstances un peu étranges, une bulle de savon fière
qui volait vers elle seule,
au dessus d'un canal de Venise,
ou sur Broadway ?

Cela aurait pu être le Graal...

chers amis si vous saviez...
Joseph d'Arimatie n'a utilisé ni un gobelet de charpentier ni un bocal à anchois
(où l'on peut mettre à son aise un bon gallon de sang, si j'en crois Perceval le Gallois)
Joseph était un homme simple
il a utilisé ses mains

avant  que d'y boire.

Et voilà tout : eh ! n'est-ce pas ce que vous auriez fait ?

Amis,

auprès d'une source de cristal, au robinet d'un parc parisien
si vous cherchez une coupe (et que vous n'avez pas de jeu de Tarot sous la main)
si vous avez soif
si vous cherchez le Graal

servez vous de vos deux mains,
comme ceci,
essayez, ici-même,
vous verrez vos huit doigts
vos deux pouces
adopter
épouser une forme
plus ancienne que vos mains mêmes

dieu que cette forme est belle...

Posté par norkhat à 01:05 - Commentaires [3] - Permalien [#]

31 mai 2008

A candy colored clown they call the sandman

A candy colored clown they call the sandman
Tiptoes to my room everynight
Just to sprinkle stardust and to whisper
Go to sleep, everything is alright
I close my eyes then I drift away
Into the magic night I softly say
A silent prayer like dreamers do
Then I fall asleep to dream
My dreams of you

-Roy Orbison-

Posté par norkhat à 01:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2008

J'ai regardé le dernier épisode de Twin Peaks
et puis il y a eu un grand flash dans le ciel
quelques instants plus tard un grondement terrible, il pleut averse
and I am so confused

for the past months I followed this strange history
dvd after dvd
mystery throughout mystery

with Fanny, Fab or with my fears and my laughs alone

And now there is

a Dweller on the Threshold

Owls are not what they seem


Fire, walk with me


jpg_jpg_twin_peaks_1_01383


J'habite dans une chambre aux grands rideaux rouges
where there is always music in the air
shouldn't I be confused right now ?

Which Noam am I anyway...

Depuis mon retour de Chicago j'ai l'impression que mon âme s'est étirée
un pied sur chaque rive
attendons-nous à ce qu'il y a de plus mystérieux...


J'aime beaucoup les mots mais il semblerait que je ne sois pas doué pour les très longues phrases
j'aime les fragments
et les tessons du rêve

Ce soir il faut mettre de l'ordre dans les poèmes érotiques que le Stupre a commandé à ma fantaisie
l'écriture et le registre des sensation,
des instants étincelles
aux doigt de fée

l'unique uni
gorgée de miel

je me rappelle d'un poème que j'aime
mais que peu comprennent
en ce lent gage de ses pensée



                    Qu’entrent les nymphes cambre
        Encor sentes au miel
                    De quelque couleur ceinte
    Elle en gage se perle





Je gagerai bien ma langue que le plus mystérieux est encore à venir....

Je ne sais plus si j'ai des problèmes de Mémoire ou des problèmes de Coeur
il faudra bien rendre ce mémoire, tandis que le coeur...
il ne faut rien prévoir, tout survient.

Ce soir avec l'orage, je remonte sur des chemins de mémoires, je salue des amis perdus, je serre avec ferveur des mains coupées,
j'embrasse avec tendresse des fronts imparfaits. J'observe dans ma chambre rouge le visage et le langage de la beauté.
On peut peindre par dessus l'apparence le visage de la vérité.

Dans mes grands livres je sens tout un recel de mot, dont j'aimerai bien me rendre maître.
Une cargaison d'encre est arrivée sous scellés, une encre épaisse et dangereuse, mon encre adorée des nuits d'été
gueules-zé-azur
J'irai gueuler bientôt dans l'azur héraldique, dès que le temps...


La pieuvre réalise-t-elle des calligraphies aquatique ?


Existe-t-il des massages calligraphiques ?

Quel sera donc l'effet du Kat, sur un chat de Venise ? Descartes avait un jumeau maléfique nommé Detaraud. Il semblerait que Nadja soit bien vivante. Tout se perd, tout se crée.


Cette nuit, un rêve, une course dans Marseille jusqu'au MUSÉE DE L'INVENTION ce n'est pas un musée c'est un supermarché, on m'y vole tout ce que j'ai mais je peux dormir à l'hôtel parce que j'ai lutté, je dors avec une bouteille de whisky parfumée.

Je me réveille en pleine forêt.
A bout de force je ne reconnais qu'à peine le décors pourtant si familier,
comment comment comment comment suis-je retourné à la Cugnassarié ?

Mes cousins ne me croient pas quand je leur murmure que je n'ai pas la force de me lever
je fais un malaise au milieu du pré, mais je n'ai pas si mal, le soleil chauffe mon corps, l'herbe bruisse et je n'ai plus envie de me lever.

"L'oral de civilisation britannique attendra."
Fut ma dernière pensée.

Posté par norkhat à 23:28 - Commentaires [5] - Permalien [#]

22 mai 2008

An appearance of the devil
on a Venice canal.
Running, I saw a Satan
or Satyr, moving beside
me, a fleshy shadow
of my secret mind. Running,
Knowing.


Jim Morrison

Posté par norkhat à 12:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 mai 2008

Rêve du dimanche 11 mai.

Chateau-fort, remparts de stuc et de paille, il manipule un mélange de sextant et de longue-vue, très ouvragé, se déplaçant par degré sur une table, ils sont trois à le porter car c'est fort lourd.

Par ça, ils voient l'ennemi qui approche, cette vaste armée, ce n'est pas bon du tout, rien n'est prêt.
Et l'assaut est sans pitié, les gens sont cloués par les volées de flèches,  transpercés de part en part, rien n'est prêt, pas de défense, ni de machicoulis.

En essayant de descendre à l'intérieur du castel il déchire une grand pan de muraille, les ennemis se moquent de lui ! Mais au premier qui s'engouffre il envoie une poutre en pleine poire, la poutre rebondit, et il recommence avec les suivants.

Une flèche lui traverse la gorge, mais un enfant l'incite à courir dans les combles, la maçonnerie s'ouvre de partout, il voit l'archère sur l'autre rive, être mort ne l'empêche pas d'y sauter pour la ratatiner à coup de poings. Un passant le prend pour esclave, et le traîne dans un étrange bâtiment, The Scientist Church of the Fly.

Tout le monde regarde l'écran où des présentateurs souriant font le boniment de leurs grâces. Un alien biscornu joue au flipper, et fait méchamment du bruit. Son maître l'ordonne de le supprimer.  Peine perdue, l'alien sans le voir le catapulte sur une table garnie et murmure "Ce n'est qu'un enfant !"

Posté par norkhat à 14:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]