Au Bunker de la dernière Rafale

............le blog de Norkhat 0_O ...sous le signe du Capricorne et du hasard-objectif...

12 décembre 2008

.

I WOKE UP WITH A SEED BY MY SIDE

Posté par norkhat à 11:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2008

La pêche !

Posté par norkhat à 16:18 - Commentaires [4] - Permalien [#]

02 décembre 2008

Coming soon



Bientôt sur vos ECRANS
un blog collectif de la Nébuleuse avec des podcasts, des vlodcasts, des essais, des photos, des poèmes
des critiques d'expos, de cinéma, des rendez vous, tout tout tout. Et même le patron de la culture générale
le bien-aimé Général Kultur et tous ses petits amis.

Restez branchés !

Posté par norkhat à 00:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2008

29


La soirée de la Rétrogarde à l'AREA est à garder dans les mémoires

du slam, du théâtre et du bon,
la danse de déesse d'Helena soutenu par la voix sans faille de Pauline
Jean-Baptiste "Je suis Phebus !" Tur, les courts-métrages de Veronica
vraiment c'était un bonheur

C'était aussi la première fois que j'exposais vraiment des calligraphies, ce qui m'a poussé à présenter un dossier au festival ICI ET DEMAIN
c'est du sérieux !

Et puis...
et puis...

il a commencé à neiger sur Paris
à Minuit

des flocons grands comme la main

la tête renversée à l'arrière du taxi je regarde par la fenêtre le cieil et cette pluie de rêve dont on ne peut deviner l'origine
la neige survient
quelquepart
au dessus.

Les arbres sur les Champs scintillent comme la forêt de diamant d'un conte, parcourue d'étincelles
et puis place à l'espace
alors on discerne la tempête immense
l'air dense


Il neige enfin sur Paris
à la fin d'une nuit de folie.

Posté par norkhat à 16:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2008

Yggdrasil.

Pictures from my dreams and visions that I find in the City.

DSCN8949

I wonder...

What's in a tree ?

DSCN8959


Le Bunker, comme un chambre d'écho, une caisse de résonance.
Un caisson de plongée dans les profondeurs de la nuit.
Une histoire de fresques.

Des soirées en plusieurs tableaux. Celle de la nuit dernière par exemple
la première fournée de châtaigne
la première fresque
la danse orientale emportée par K.
(je dépose une bougie et son cercle de lumière au milieu des danseuses)
la Tarentelle italienne d'A.
la seconde fresque
le tournage du court métrage de V. dans le débarras avec une tête de mannequin
la deuxième fournée de châtaigne, inespérée
Ghost in the Shell - en japonais
Le massage à quatre mains de la jeune inconnue
Live at Pompeii - The Pink Floyd - Le volcan des sixties.
La jam session dans le bunker haut - Alex à la grosse caisse
Haro sur la crème de marron
Transsubstantiation du jus de banane.

Période de Sommeil.

Croissants de lune
Jam session du matin
Il neige

Comics et Nine Inches Nails pour les survivants,
repas aux chandelles.

Le bunker respire de l'encens. Je crois qu'il dort quand nous ne sommes pas là.
House of Leaves : les espaces à géométrie variable, le bunker s'aggrandit-il sous la pression des cercles de peinture et de musique ?
Qu'en est-il de son double maléfique, que je vois parfois en rêve et qui s'inscrit dans un reflet parfait du bunker-haut (tenture rouge, lampe etc...) dans la baie vitrée de l'entrée.

La terrasse où sont les étoiles de l'été, la pluie d'automne, les morsures de l'hiver...


Les en-têtes que j'ai retrouvé griffoné sur un bout de papier :


BUNKERFEST
AU BUNKER DE LA PREMIÈRE RAFALE   
RETURN TO GLASS BUNKER
BUNKER  / AUTOMNE / COULEUR
(FALL OVER) THE BUNKER

A MIDSUMMER BUNKER'S NIGHT




DSCN8963



Et toujours, le lendemain, à la croisée des chemins, au pied de L'ARBRE DES POSSIBLES
"where do we go from here ?"
 

Posté par norkhat à 20:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 novembre 2008

So it started there.

Je vis dans l'après-transe....

On retombe si facilement dans la léthargie à l'approche de l'hiver. But not this time.

Ces temps-ci, les répétitions de théâtre pour la Rétro-Garde prennent un tour mystique  pour le moins
Issy, au Bunker, chez Véronica chez Jean Le Baptiste

Mystique mais sans les mots justement, sans les discours abscons les recours, sans idées, sans idéaux : silence avant...
Juste le sens du corps humains.

 

"Ne jouez pas", cela ne veut pas dire ne faites pas du théâtre.
Qu'est-ce qu'un improvisation ?

Qu'est-ce qu'une improvisation ?
Au sortir de ces échauffements, des ces déplacements où le corps est attirés au sol pour un sommeil fictif, pour se réveiller dans une autre histoire, dans une forêt, dans la brume d'un cimetière qui se dévoile.

Au sortir de ces tours de magies de l'esprit, les murs reculent, le sol s'efface : oui l'on convoque les textures du sable brûlant, l'odeur acre de l'incendie.
Un autre monde qui se déploie dans l'air
Oui la joie, oui le deuil, oui l'agonie.

Oui le dialogue avec un autre qui n'est plus cet ami,
et ces mains...

Un vers d'Appolinaire me revient

"Non je ne me sens plus là
Moi-même
Je suis le quinze de la
Onzième"

Le souvenir de ces improvisations à l'étrange qualités des souvenirs de rêves.

 

"La nuit... tu improviseras la vie", est-ce donc cela le secret ?

 

Rien n'est réel, et rien n'est plus réel : le coeur qui bat à tout rompre. Le sang dans les joues,
le goût du sang dans la bouche.
Les coups, le cri.

On dit "le théâtre" et on ne comprend pas ce qu'on dit.
C'est jours-ci sont passés dans l'âtre d'un brasier, le palais ou la cours des miracles, miroir des vérités.

On dit le théâtre et on ne l'entend plus.

Texte, paroles, sons, mot pour mot.
Bien sûr que tout est possession, que c'est un art de nécromant, à ressuciter les morts : ce n'est pas tant que j'ai lu mon Shakespeare madame la juge,  c'est que j'en ai un peu en moi, comme un junkie son héroïne, comme un amant la maladie de sa coquine.

(Ecoute. - j'écoute... -Il y a un monstre. - Il y a un monstre...
j'écoute en marchant et je répète les mots d'une amie, comme un cordage qui passerait d'elle à moi, le texte ou le poème passe par la voix : mot par mot, noeud par noeud je tire ça à moi, je répète les mots et par ma bouche je les goûte : qui parle par ma voix ?)

 

De la pages au flot sanguin, cash, o mes amis junkies.

Et quel tintement de synapse : le vers équivoque et qui  vit.

 

Ces significations qui vivent en nous, qui nous dépassent, qui nous survivront : nous marchons dans leur sillage
mais eux, ils vivent en nous : j'emmène ces vers partout,
avec moi ils verront du pays,
et certains vers d'Appollinaire, depuis que je les ai appris,
j'en suis certain
profitent bien du voyage.

Takin' everyone for a ride : et ces gens qui ont une bibliothèque poussiéreuse dans la tête
quand il suffit d'avoir un seul livre ouvert, vous savez... celui des Sables...

l'Aleph qui me hante et m'accompagne.

 

 

 

O, quelconque lettre soit ma compagne.

Je parle aujourd'hui de la transe d'avant-hier
et je vous vois venir,
pas de place pour les champignons : je parle de chant, de danse et d'action.

Et mes amis à vrai dire ce cerveau n'avait besoin que du prétexte d'un rythme incendiaire pour brûler brûler vraiment tout entier et DEVENIR.

Il y a des danses de séduction, des danses intimes et secrètes
des danses d'oubli de soi mais  je ne parle pas de ces rêves de rave : quatre cachet, une acide Queen, le coeur collectif de la foule etc...
Je parle de ces danses sacrés, des danses de transes qui m'étaient inconnues

je parle d'un autre sens qui n'est pas un art de teknival parce que je doute
que les séductions ordinaires qui sont pour certains le seul frisson solide puissent s'effectuer

au milieu des cris.

A. Le cri.
O.
Ar  le plus terrible des cris. Le cri n'en finit pas.

Comment en dire un seul mot
de cette transe imprévue, de ce réveil traumatique.

Je bourdonne en saccade j'ullule et je spirale : le monde autour de cette vrille défile
mais la danse rattrape et dépasse le tournoiement et me dépasse moi
quelquechose monte dans ce bourdonnement : la nausée qui se déchire en migraine
A ! cette bille de flipper de plomb fondu confondu expulsé & catapultée 300 000 fois par kilomètre et par seconde
A ! la bombe hurlante et détonnant mille fois par seconde
les fontanelles vous savez ces lignes qui semblent au crâne griffonnées : les fontanelles FENDILLENT ET CRAQUENT
tout est concentré
sur un point impossible
entre le front et les yeux,

 

il n'y a pas de point
cette douleur
n'existe
nulle part.

Ainsi j'ai senti...ainsi je raconte...
Cette migraine qui me suivait depuis quelque jours, qui jouait du pique et de la fleur,  et qui se révélait en pleine lumière,
cette douleur lancinante qui daignait paraître en son ampleur

Je suis tombé à terre,
j'ai hurlé de tous mes poumons,
j'ai absolument hurlé
quand on hurle on ne se pose pas trop la question du qu'en dira-t-on.

Mais tentez seulement de hurler,
dans votre chambre : et vos voisins ?
dans la rue : et les passants ?
dans la forêt : et si quelqu'un ?
qu'en pensera-t-on ?

 

Hurlez hurlez vous le verrez bien le bailllon
vous la sentirez bien la prison intérieure
on versera dans votre sang quelque paroles
emmorphinantes.

on serait bien capable de vous enfermez pour votre bon bien
si jamais vous surmontiez votre aimable surmoi.

Je suis tombé à terre, tombé, je ne dis pas, je n'écris pas chuté. A plat ventre, comme on mord la poussière comme on palpe le sol de ses doigts redevenus animaux, doigts de mouche ou de gecko. J'ai hurlé

 

sans faire semblant
pour la première fois

 

(was I born then and there ?)

 

j'aimerais dire la douleur insoutenable de la migraine

 

je l'ai soutenu
non
elle m'a soutenu

 

et ces voix en moi qui discutent de la marche à suivre,
si tout de même il ne faudrait pas chercher de l'aide
et pourquoi personne ne me vient en aide, me couper la tête au moins, me donner un glaçon je ne sais pas,
les autres ont d'autres problèmes
ils ont des problèmes d'autres
cette fois c'est entre moi et moi

 

la douleur, la douleur hurle son nom : elle hurle douleur impossible de ne pas la reconnaître
pourtant le masque tombe

 

ce n'est pas un muscle un os fracturé je ne sais quelle dissection de l'être ce n'est pas un cancer ce n'est pas un cachet
je n'ai pris de trop qu'une trop grande gorgée d'air, un saut suspendu dans l'air, un pas de trop
ai-je simplement arrêté de m'en faire, moi qui suis si peu familier à toute forme d'introspection

 

un verrou à cédé comment pouvais-je pressentir cette véritable marée derrière

 

je parle, il faut bien que j'en parle
puisque les choses ont changé
ah, ce que l'homme aime dire AVANT et APRÈS !

je ne peux pas ici, et j'aimerai bien, écrire sur plusieurs tableaux à la fois

parce que c'était DIX fois la pensée simultanée
c'était multiplié : qu'est-ce qui et qui s'y dédoublait ?

La douleur criait son nom, et la sensation murmurait : si tu résistes tu vas t'écorcher.

O oui, et crois moi de cette écorchure on ne se remet pas
ta tête après tout pourrait véritablement exploser

la douleur pourtant petit noam ne t'es pas étrangère
non plus que le plaisir
mais tu ne sais rien de la nature des sensations

et ce masque qui craquèle qui se constelle et qui tombe, lentement
ce qui s'appelle douleur, ce qui s'abroge le droit et la couleur de la douleur c'est la PEUR PANIQUE d'une sensation illimité :
PANIQUE d'un incendie gigantesque sans flamme aucune  d'un tourbillon d'odeur sans qu'aucun encens soit consumé
D'UN SENS SANS STIMULI.

 

Embrasse-le...

(do not fear it for fuck's sake ! Embrace it !)

 

 

Embrasse-le...

 

 

et je l'ai embrassé.

 

(That's the part where your favourite rock song PEAKS while you were plunged in the depth of hell, ain'it ?)

 

Et la sensation, et la douleur, et la couleur et tout ce que je contenais  :

comme je voudrais ne plus nommer, nomenclaturer, raturer
c'est notre, c'est mien : le nom transparaît...

Théologie crépitantes comme des tonnerres du monde ancien : est-ce l'océan père et mère
d'où les objets du monde empruntent les goutelletes qu'elles  nous impriment en sensations

 

(There had to be a POOL for the object of the world to BORROW from us the driplet of needle cold water they feed us back and that we call sensation )

 

Cette mer est intérieure

 

En moi ça valse : on déteste ce mot CONVULSION
mais les brides qui sanglaient mon corps ont lâché net
et je danse sans lâcheté sur cet océan primordiale
et prime au diable  ! et puis je ne bouge plus
je suis un souffle dans sa pureté

la tête
la tête contre le sol
à des milliers d'années lumière y-a-t-il encore seulement un metteur en scène.

le massage, la calligraphie je ne sais plus par quoi commencer toutes ces choses qui me travaillent
où mon être est
car je ne sais ni danser ni chanter ni dessiner
toutes ces flèches et ces diagrammes et ces mouvement ces vecteurs
la plume sur la feuille, la main sur la chair, la force sur un constant.
j'entrevois si clairement le langage d'énergie et de forme
Faire naître le mouvement et la forme où le blanc demeurait
masser en mouvement et faire naître des formes sur un corps qui renaît

au bout de mes doigts crispés sur le planchers, mes doigts de lézards, mes doigts de mouche, mais doigts de singe chercheur de signes,
je palpe le plancher avec la force d'un gisantt
j'ai trop gyré, j'ai trop tourné, entièrement chaviré spiralé mon esprit à bout de force va jusqu'au bout
de l'intensité

un galet précipité à la vitesse de la pensée sur cet océan intérieur : EXPLOSE EN RICOCHET EXPOSE EN RICOCHET SE POSE

"comme un papillon de mai"

vision.

hors de mes oreilles
l'énergie qui écoule comme une procession d'insectes pacifique en onde en spirale
nuages d'insectes graciles et géométrique je vous vois mes fourmis ailées mes fractales
fracassantes

vision.
doesn't sound right now : MAIS PAR LE MOT !
non ! les yeux et les oreilles ne font pas que prendre au monde
essayez de respirer sans prendre et sans donner

 

par la bouche le souffle : tentez de le retenir tentez de vivre sans cette polarité ! I dare you, I double dare you !

 

Nous somme fait de ce va et vient, si délicieux, si doux
par les yeux par les oneilles et par le nez je sens le va et vient de cette marée
ces yeux, ces doigts, ces oreilles, que l'on peut ouvrir, fermer ou tourner vers soi-même

 

VISIONS bien sûr les racines de toutes choses j'entrevois au bout de mes doigts les racines

 

 

 

...bien sûr l'Yggdrasil...
je n'allais pas voir Mickey non plus, vous croyez quoi !

(Alan Moore makes a little more sense now, o sweet Promethea.)

VISIONS :
j'ai eu des visions déjà, aux moments fatidiques et merveilleux des mystères de l'amour, en l'instant gaîné d'or.
dans des maisons désertes j'ai eu des frissons de lumières et le spectre des personnes passée
sous influence j'ai caresséedes synesthésie et sous certaines pluies j'ai littéralement nagés dans des océans de souvenirs
dans le lointain, un orage de chaleur m'a écrit un poème
VIE : j'ai plongé, j'ai volé, j'essaye de tout mon coeur de vivre sans heurter

 

V : mais j'ai été heurté
par moi même
de plein fouet

(I had a number of visions)

jamais
je n'ai jamais rien vu
senti rien
d'aussi éprouvant.
je n'ai rien dit
de ce que j'ai vu
je n'ai rien dit
de ce que j'ai ressenti
et qui bat en moi
comme un coeur bat
je  ne peux pas
graduer
cette beauté

cet mer est intérieure

et le confort de mon lit
et la chaleur de mon amour
et le bonheur de la vie
n'en sont pas changés
mais au fond de moi j'ai
la fraction d'un bribe d'un fragment esquissé
j'ai compris
j'écoute...

 

 

J'aime
et
c'est un autre jour.

 

 

Bien sûr qu'il y a des révélations,
la mienne est-elle celle du langage
je constate toujours avec tristesse à quel point nous sommes aveugles et muets
et je trouve que c'est bien dommage !

je le pensais déjà à travers le massage
il y a là un langage immense
le toucher
un langage, une poésie possible
et je croise des gens qui n'ont que deux mots de vocabulaire tactile
frapper baiser,
et je me doutes bien qu'ils les prononcent mal,
et je sais bien qu'ils en arrivent à les confondre.

Alors faire des phrases, faire de verbes, décliner des temps et des temporalités
sur des tempes et des tempes... on en est loin

 

l'encre a son langage, l'encre se manifeste dans un verre d'eau, si seulement on lui prêtait attention

l'homme a l'instinct d'imiter
il apprend les langages
mais il ne se contente pas de répéter mot pour mot.

il en va de même du théâtre
o oui, ce ne sera pas du mot pour mot.
je ne ressens pas en moi la flamme du talent que je vois brûler
dans certains de mes amis que je veux voir enflammer les scènes du monde

 

 

 

mais je commence à comprendre
du théâtre
le langage.

Comme au sortir de tout rêve
chaque mot devient profond
chaque mot précipite dans le souvenir d'un autre rêve.

 

bien sûr que les faits sont glissades
et les glissades précipices
je sais

 

Raconter, narrer, à chaque instant c'est choisir entre deux embranchements
il y avait un milliard de choix pour raconter cette histoire
et j'ai pris la première venue, je suis descendu jusqu'au bas de cette page immatérielle
cette avenue : je n'ai rien dit, j'ai tant passé sous silence, étal détails évidences étalant des coïncidences, plus tard le même jour le portrait d'un double maléfique de moi chez Charles qui me renvoie aux mythologies amérindiennes, du Dweller On the Threshold, aux avatars, à Twin Peaks. Mythologie urbaine d'un geek littéraire : Charles a récupéré des caisses de dessins et d'oeuvres et de photographies simplement jetés à la rue après la mort d'un vieillard.

Toute coïncidences avec HOUSE OF LEAVES de Mark Z. Danielewski est bien évidemment fortuite.

(read it for fuck sake you bastards ! don't leave me alone with that book )

Ne me suis-je pas emparé du négatif d'une photo carré représentant dans son cadre la beauté d'une femme nue.
Un talisman pour les temps à venir.
Erotique-Voilée, quand tu nous tiens !
Magique-Circonstanciel, ah toi!  je te retiens !
Hasard-Objectif : comment ne pas te préférer à la balisation subjective de rigueur ?

Je n'ai pas dit un mot d'approchant,
mais après cette expérience comment ne pas être
en tout humilité

l'apprenti magicien des mots et des gestes humains
o oui... QUE NUL N'ENTRE ICI S'IL N'EST MAGICIEN dit le portail.

Et voilà ... nous avons trébuchés, nous avons balbutiés sur le seuil d'une chambre immense, intense et sans fenêtre
où les Shamans et les Derviches d'autrefois chantaient et dansaient à tout rompre.

"Dans l'ombre du mental" dirait ce cher Jodo

Vous avez lu un peu Michaux ?
Et "l'Espace du Dedans" : vous pensiez que c'était pour de rire ?

Ah le langage je l'aimerai jusqu'à la mort et par delà
imaginez dire à quelqu'un il y a cinquante ans, ou même vingt

 

AU BAS DE LA PAGE FERMEZ LA FENÊTRE S'IL VOUS PLAÎT
et souriez...

Posté par norkhat à 16:52 - Commentaires [5] - Permalien [#]

Date Stellaire 7.5.6.2 etc...

Animal_Man_23_22

Posté par norkhat à 16:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2008

For that matter je me remets aussi à la calligraphie.
ça se passe ici http://www.flickr.com/photos/nor-khat/

surtout n'hésitez pas à m'envoyer votre poème favori, c'est le genre d'impulsion qui marche
à merveille
norkhat@gmail.com

Hier, au bunker, on regardait Aguirre ou la Colère de Dieu d'Herzog avec Klaus Kinski
en la compagnie de la Raphaelle et de Franklin qui a posé comme modèle indien
pour Pierre et Gilles dans Abel et Cain.

Copy_of_Aguirre

Aguirre. Der Zorn Gottes ... ?
Silence, immobilité de ce radeau d'espagne perdu sur l'amazone
une robe de princesse qui se perd dans les feuillages
un navire perché dans les cimes des mangroves
Aguirre le monstre le loup l'or

La caméra tournoie sans une onde autour du radeau impérial
c'est très beau
on ne s'ennuie pas un instant..

Cette flèche n'est pas réelle... Il ne pleut pas...

Moi Aguirre, je suis la colère de dieu...

Posté par norkhat à 15:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]