Au Bunker de la dernière Rafale

............le blog de Norkhat 0_O ...sous le signe du Capricorne et du hasard-objectif...

02 juillet 2007

Le Roi Pêcheur

ce soir...
recopier les pages de la littérature qui me touchent au coeur...

celle-ci, dans l'avion qui revient de Chine, il y a 3 ans, m'éreinte :

(Sur le Roi Pêcheur.
ceci est la version de Julien Gracq, iconoclaste, étrange...)


AMFORTAS : -Tout ce qui est pur aveugle comme le soleil, et brûle comme le fer rouge. Montsalvage l'a oublié. Le feu du Graal est torride..... Je suis sensible au souhait pieux de mes chevaliers, et tu sais que je l'encourage. Mais je sais ce qui se cache derrière un souhait pieux. Je sais comme l'espoir est confortable, et comme on s'y fait, et comme on y dort au chaud, et comme on y fait de beaux rêves...... Les chevaliers vivent à petit bruit..... ils se dorlotent..... ils vieillissent c'est vrai ! Mais ils ont leurs rondes, leurs offices .... Ils s'y font. Ils prient pour moi. C'est leur grande affaire. Je les occupe. C'est une grande occupation qu'un malade dans une maison. Le temps passe....... Il y a si longtemps... L'espoir en la Promesse n'est plus une planche de salut, c'est un plancher où on marche. On y campe, puis on s'y installe. Et quand l'espoir est devenu un vice, il y a à l'exaucer, crois-moi, le danger le plus grave. On ne sèvre pas un ivrogne. On ne réveille pas sans précaution un somnanbule sur son toît.

KUNDRY - Ainsi tu les méprises ! Toi ! le plus indigne de tous !

AMFORTAS - Je ne les méprise pas. Ce sont des hommes. Le Graal n'est pas fait pour la terre, Kundry ...... Le Graal est lumière, et une lumière trop vive les effraie. Ils ont besoin d'un peu de clair-obscur. A leur soleil, il faut des taches. Je suis la tache dont ils ont besoin....... Le Graal est un fer rouge, et on ne prend pas un fer rouge dans la main nue... ...(Un temps puis, avec un abattement
triste). Je suis le gant. Tu sais ce qu'il m'en coûte....

KUNDRY- Je le sais. Mais cède ton rang, et tu seras guérie. Tu caches ton trésor comme un avare. Les bienfaits du Graal sont pour tous.

AMFORTAS- Je cache ce qui est fait pour être caché : le Graal ! J'enterre ce qui est fait pour être enterré : le Graal ! Ce que tu appelle un bienfait, je l'appelle malédiction. Malédiction un vin trop fourt, qui coupe les têtes - un air trop pur, qui fait éclater les poumons....... La terre a reçu un don qui lui pèse.... Un hôte qui n'a de place dans aucune maison.... JE LE LOGE... JE LE CACHE.... je m'y brûle les mains et le coeur. Les choses sont dans l'ordre. Kundry ! Le Graal s'est voilé : la terre respire. Ne laissons pas éclater le feu qui dort. Les pauvres hommes s'y brûleraient.

KUNDRY - Ainsi tu comptes séquestrer le Graal !

AMFORTAS - J'ai fait de Montsalvage un château inaccessible. J'ai cherché la forêt la plus obscure...... Le Graal est là  -- quelque part .... On le sait.... La Bretagne en est possédée. Les vieux en parlent à la veillée -- les poètes en tirent merveille -- les meilleurs à la cour d'Artus, s'en enivrent jusqu'à la folie. Le Graal est devenu le rêve du monde. Je ne veux pas en faire l'exterminateur. Le réveil serait dur.

KUNDRY : Comment le sais-tu ?

AMFORTAS : A ceci (il montre son flanc). A la langue que la pureté parle aux hommes quand elle règne.... ... La souffrance.... La mort.


enluminure_005

Posté par norkhat à 22:03 - Litté-rature - Commentaires [0] - Permalien [#]