Au Bunker de la dernière Rafale

............le blog de Norkhat 0_O ...sous le signe du Capricorne et du hasard-objectif...

25 avril 2009


le Métro de la Trame - 1st Slam. from Norkhat on Vimeo.

Posté par norkhat à 13:51 - Commentaires [3] - Permalien [#]


INFERNOdanteINFERNO. @B.I.P. from Norkhat on Vimeo.

Posté par norkhat à 13:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 avril 2009

Synechdoque

Je viens de voir Synechdoque : New York avec ma soeur Mona

je pense que ce film fait date.

je ne parlerai ni du cinéma, ni du théâtre, ni de la vie, de la mort, de l'amour
de la solitude, de la folie, des doubles,
des figures de styles et des métaphores
qui régissent nos arts
et notre vie.

synecdochepostertop

Allez voir Synechdoque,
si vous avez aimé Being John Malkovitch, Magnolia, Eternal Sunshine of the Spotless Mind.
si vous avez vu Jacob's Ladder.

Ces deux heures d'expérience se subdiviseront en deux heures plus petites,
et ainsi de suite, il y aura des mots cachés dans la moindre de vos virgules.

Le sens dans le sens, la partie dans le tout et la partie pour le tout.

des choses vitales se jouent dans l'illusion de l'art.


Allez voir Synechdoque, pour la simple et bonne raison
que vous jouez dedans.

Posté par norkhat à 00:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 avril 2009

Slomkavril.

Rue Dante Alighieri passent les amateurs d'allégories,
de boutique en boutique en bande dessinées, manga, comics  :
on vient chercher la perle rare, l'album inconnu, le dernier prix.

Au milieu de toute cette fureur de lire une galerie d'art vient d'ouvrir :
je l'ai visitée, passées les porte coffre-fort  on est entouré de trésors.

Le regard s'arrête sur trois études pour Blanche Neige de Walt Disney, entre cette candeur de jeune fille éberlué, et la beauté terrible d'une Reine, crispée dans un angle impossible, soutenue encore par quelques traits de symétrie.
Ces coups de crayons emportent au coeur de l'atelier : voici le Prince charmant, les yeux clos, le corps tout entier arqué vers un baiser qui doit ...

Que ce geste se poursuive et tout un cinéma s'éveillerait.

Un monde de papier et de celluloïde : ici sont parvenus ces dessins qu'on anime. A main droite Mickey, à main gauche Miyazaki 

Une collection de pièces précieuses dans un puzzle explorant tous les styles.

Ici la bande dessinée est sans conteste un art, et ses maîtres sont exposés.

    Un trait trahit Hergé, une couleur Druillet.

Moebius livre alors de véritable toiles : comme jailli hors du rêve un Arzach immense engloutit le regard.

 

655px_Little_Nemo_alone3

 

Devant ces cadres et ces encadrés, comment ignorer le pouvoir sentimental de images de bande dessinée ? Ils brassent pêle-mêle les souvenirs de vie et de lecture. Des époques entières tiennent dans un phylactère. Comme des génies en bouteilles, dans des flacons d'encre de chine.

Ici Mandrake et la classe incarnée, là Spider-Man ou l'art de la réparti.  J'aime les ébouriffantes compositions tragicomiques des couvertures de Comics.

Au feutre, par Tim Burton, trois inoubliables diablotins,
et pour finir, par Schultz un certain Peanuts, accompagné d'un certain chien.

Des extraits de naissances, des aventures en puissances : dans ce panthéon de l'imaginaire, épique ou satirique, il suffit d'une bulle qu'une histoire s'échafaude. Un arrêt sur image au départ de l'esprit : ici la case, la planche valent par elles-mêmes, pour elles-mêmes.

A l'époque de la reproduction industrielle, l'original prend une valeur singulière : les manuscrits sont fragmentés, dispersés de par le monde.
Il faut saisir la chance de pouvoir s'offrir, même d'un regard, une de ces pages envolées. Savourer la main de maître.

Ce fragment c'est la première ligne posée.
L'encre vient de sécher... L'idée de naître. Superman vient d'apparaître.
Corto Maltese parle italien à des êtres encore esquissés.

L'Histoire des histoires, telle qu'elle est en train de s'écrire, ou de se dessiner.

Je suis sorti de la galerie Slomka le regard plein d'images, heureux de cet amour partagé de la bande dessinée, de ses cadres, de ses bulles et de ses étoiles.

L'album de nos souvenirs a peut être des bords cartonnés :
Rue Dante Alighieri passent les amateurs d'allégories...

Posté par norkhat à 00:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]