Au Bunker de la dernière Rafale

............le blog de Norkhat 0_O ...sous le signe du Capricorne et du hasard-objectif...

24 décembre 2007

Le Testament d'Orphée

Ce film fut une des premières portes ouvertes sur le rêve, je vous invite à le découvrir après rencontré vu Orphée.

 

Au tribunal, Cocteau est jugé par ses personnages, qui ne le reconnaissent pas (ou pas ?).

La Princesse (Maria Casarès) : D'où tenez vous cette fleur ?
Le Poète : Elle m'a été remise par Cégeste.
Heurtebise : Cégeste... C'est, si je ne m'abuse le nom d'un temple de Siçile.
Le Poète : C'est aussi le nom du jeune poète de mon film ORPHÉE. C'était d'abord un des anges de mon poème L'ANGE HEURTEBISE.
La Princesse : Qu'entendez vous par "film" ?
Le poète : Un film est une source pétrifiante de la pensée. Un film ressucite les actes morts. un film permet de donner l'apprence de la réalité à l'irréel.
La Princesse : Et qu'appelez vous l'irréel ?
Le Poète : Ce qui déborde nos pauvres limites.
Heurtebise  (Daniel Gélin) : il existerait en somme chez vous des individus pareils à un infirme endormi sans bras ni jambes rêvant qu'il gesticule et qu'il court !
Le Poète : Vous donnez-là une une excellente définition du poète.
La Princesse : Qu'entendez-vous par "poète" ?
Le Poète (Jean Cocteau) : Le poète, en composant des poèmes, use d'une langue ni vivante, ni morte, que peu de personnes parlent, que peu de personnes entendent.
Heurtebise : Et pourquoi ces personnes parlent-elles cette langue ?
Le Poète : Hum... pour rencontrer leurs compatriotes dans un monde où trop souvent l'exhibitionnisme qui consiste à montrer son âme toute nue s'exerce ...

                                                     chez les
aveugles."

Posté par norkhat à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

JULIEN GRACQ EST MORT :

QUI PRENDRA SOIN DU GRAAL ?



sinon les rêveurs...

Posté par norkhat à 18:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 décembre 2007

the end

And ... if I may add...

I read in the noctambus the very last pages of the very last issue of allan moore's promethea, and i nearly cried, and i nearly smiled.

cause it's a story no more, but such a visual bliss
and tribute to imagination itself
and mankind
and kindness

some work of art are dark stars
promethea is a glimmering smiling sun.

and i suddenly don't feel so cold.

promethea_poster_1

Posté par norkhat à 02:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 décembre 2007

Dan Simmons : at last

Ces derniers temps,

 

un auteur a ruiné mon travail en parasitant toutes mes lectures
cet auteur, Dan Simmons pour ne pas le nommer, est sans conteste un des meilleurs auteur de science-fiction de sa génération.

 

Illium-Olympos a donc succédé à Hypérion-Endymion dans mes longues nuits sans sommeils.

 

Dan Simmons... le seul auteur qui me fait tressaillir et jubiler toutes les trentes pages à coup de retournements retentissants, de sonnets de shakespeare
et des pages entières du Côté de chez Swann (!!) absolument à-propos.
Le texte est parsemée de trouvailles cybernétiques et d'incroyables allusions poétiques.
L'auteur a l'audace d'entraîner Shakespeare, Homère, Proust et Renoir dans son sillage, son univers incroyablement personnel.
Une oeuvre de SF qui est toujours une intense réflexion sur l'homme et la création.

 

Cet Olympos, dont j'ai du consumer les chapitres comme autant de doses d'une drogue indispensable
au milieu des lectures du L3 d'anglais,
a fini sur une note qui m'a laissé rêveur...

 

I can give it here, it wont spoil anything to you...

 

"Oh Orphu... please tell us the Gilgamesh story again", shouted one of the bolder six-year-old boys.

why... Dan... you EVIL BASTARD !

 

Je suis rappelé au devoir par le dieu de la Sci-fi : GILGAMESH NOT DEAD !

Posté par norkhat à 04:17 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Promethea

Alan Moore is one of the most talented comic-book writer ever.
And his latest creation, Promethea, full of mysticism and humanism and beauty
lies by my late hour bed...

promethea_cover

It's an astonishing story of wonders.
It reaches the borders of the comic-genre, and then goes way beyond.
WAY BEYOND.

(Moore was the man behind Watchmen.
Zack "I made 300-the-movie" Snyder thinks he can handle one of the most complex and multi-layered story of the science-hero genre...
Well. Zack. I already hate you for being about to spoil this masterpiece of the mind.
But if you dare  even to lay your hands on lovely Promethea, I'll have to kill you with my bare hands,
no hard feelings).

Posté par norkhat à 04:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

If only you could see what I've seen with your eyes

"I've seen things you people wouldn't believe...
Attack ships on fire off the shoulder of Orion.
I watched C-beams glitter in the dark near the Tannhauser gate.
All those moments will be lost in time, like tears in rain.

..
...

Time to die."

Posté par norkhat à 03:47 - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 décembre 2007

« Quand tu m’auras lu, jette ce livre - et sors. Je voudrais qu’il t’eût donné le désir de sortir - sortir de n’importe où, de ta ville, de ta famille, de ta chambre, de ta pensée ».

Les Nourritures terrestres, André Gide

Posté par norkhat à 00:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 décembre 2007

and now...

It's time to sleep : wake up.

St John Perse parlait de ces grands schistes...
les grandes écritures encloses dans ces schistes à venir...

vous savez... ces pierres qui ressemblent à une pile de feuilles pétrifiées...
on en croise dans les Pyrénées, en d'autres temps, dans d'autres histoires
de réglisses et de Randonnée.

Ce soir la mémoire enclose dans quarante-sept carnets est diffuse 
ai-je tracé ceci ? pour quoi et pour qui ? que voulais-je dire...

je mets mes amis au défi de la relecture
comment être sûr... de sa propre écriture ?

ce fil perceptible du temps : le fil des pages

on joue à ses risques et périls
au funambule
sur le fil de ces pages

mais la vie est là, tout revit
tout ce qui est perdu

je ne dis rien,
je parle trop,

je vais essayer d'écouter la nuit.

Il faut...
rêver.
plus fort

Posté par norkhat à 00:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fragments épars du Mobile

« Il faut rêver plus fort ! »
murmura la panthère des fables exclamatives.

« Il faut tresser tout contre toi l’inconscience
Engranger dans tes poches les perles obscures de lucidité.
Réduites en pigments, elles conféreront à tes yeux la vertu de la Nuit. »

Posté par norkhat à 00:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Streetwise

Invisible matter matters.
Lights at night : yellow, yelling silence from the streetwise.

Past that distant past, there is a misty list of things with wings :
                                                           night birds, a flight of light and flutter.

I and I mutter.

I wonder if the spirit of the night will take the bait : all i have to do...

Wait?

Posté par norkhat à 00:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]