Au Bunker de la dernière Rafale

............le blog de Norkhat 0_O ...sous le signe du Capricorne et du hasard-objectif...

22 juillet 2007

HASARD AU GLAZART'

I danced the night away.
At the Glaz'art, on the beat of the Disc-Jokeys (wearing Nacho Libre masks)
I danced my SOUL away.
I danced seven consecutive hours.

I was oberon, i was ziggy stardust, i was julie.
I was whole.

J ai dansé seul au milieu des couples et des des gens qui pour pas se faire choper par le vigile à la maglight roulent des joints debout, en dansant dans la foule, limite d'une main.
Un couple magnifique s'embrasse tout le long durant et fume avec plaisir, je les envie.

I danced my soul away au milieu des battements, et des frolements.

Tape tourne et tournoie rythme et cri, gutture, happe, claque et repart
dame et démarre sape rape tac-tac-tac les pieds les mains les hanches
le corps qui balance et la pensé qui déraille à chaque tour de tête
à chaque couronnes étoilée de capillaires dantesques dans les airs.

Entre deux coupes j ai lu soixante douze page de l'André Breton de Julien Gracq, perché au creux d une lampe.
Lecture fantastique dans un état d'été second.

I touched the thing under le the lines. I read his minds.

Les mots flottaient déchiraient envahissaient la vue : notions du Surréalisme appliqués à la vie
vérifiées par le feu, initiées par l'Ulysse, abreuvées par l'Aleph, déroulées par la Pieuvre
        emportées par la danse.
Always keep a book nearby...

Surprise inlassable  de ma/mes voisin(e)s de banquette (surtout à la fin de la nuit).
Pourquoi t'es pas chez toi?
C est drole les livres c est plutot dans la bibli.
Mais tu vas bien?
Putain : t'es motivé.
admin015

Moohooahahaha.

admin016

(pics : from the Invisibles, it was very similar to my experience, mais en solo)

Au bar deux angelots mutilé : les répliques d 'Avalon de Mamoru Oshii
J ai le corps aquatique, extatique,
         exténué.

I watched. And I listened. J'ai observé les danses, les styles.
Oscillé entre la piste le bar les couffins le couloir
bousculades, les corps endormis. Ceux qui les tirent du sommeil
ceux qui les tirent tout court. Les regards complices.
La sympathie.
A l'autre bout de la nuit.

I danced my soul away, le soleil me surprend le nez dans mon bouquin.
Je marche la tete haute parmi les fetards.

Au jour le visages des fils et des filles de la pénombre change.

J'aurais pu  demander des prénoms.
Mais je m évanouis dans l"aube.
Je m enveloppe de fatigue.

I walk, i walked my heart away to the bunker. 

my love is so far away.

Posté par norkhat à 07:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]