Au Bunker de la dernière Rafale

............le blog de Norkhat 0_O ...sous le signe du Capricorne et du hasard-objectif...

28 juin 2007

Nuit blanche toutes nuits à partir d'aujourd'hui

Je voulais parler du théâtre, je savais que je parlerai d'abord de cinéma
mais ni l'un ni l'autre ce petit matin là, nous sommes jeudi l'aube !

J'ai fébrilement fait mon premier pochoir et je suis partagé entre le frisson du voleur
de grands chemins qui échappe de justesse à la maréchaussé
et l'orgasme absolu d'un petit garçon accomplissant un fantasme désiré tant d'années !

Cela m'a pris des heures à découper (!!),
tout avait l'air si façile ! le papier si souple et luisant
mais finalement l'entaille demande bien de la patience, minutieusement chaque lettre !
et moi qui me voyais écrire des romans !
DSCN6966

Le pochoir accompli, comprendre que la bombe a un bouchon de caoutchouc (mmm...)
AVANT de mettre le caps (l'embout).

J'ai cette bombe dans les mains, explosion à retardement, aujourd'hui ce ne sera pas très glorieux
mais quand même c'est mon début !

AHAH

DSCN6967


AHAHAH à moi la rue Danton !
Damned : des quidams !
A CINQ HEURES DU MATIN ?

Ils disparaissent,
le premier pochoir est flou je l'ai posé à la barbare,
plus loin je prends le temps de le coller au sol, de le laisser respirer
et même de flaner, de faire un tour de bloc le temps que ça sèche : la bombe
est dans un sac isotherme (oui, c'est tout ce que j'avais), je ne crains rien !

Et pourtant, sursaut au premier bruit : sirène au loin
gaffe que je me prenne pas les milliers d'euro d'amende le PREMIER jour des vacances.


Et puis, la rue est plus jolie comme ça

Hasard Objectif...
Objectif hasardeux ...
un glyphe N Aleph sera-t-elle ma signature désormais ?

Je fais un pacte avec le sol, les murs
il n'ont jamais été pour moi que les surfaces sur lesquelles on glissait
ils deviennent malléables, attirant, providentiels : des spots apparaissent
des endroits où j'aimerai figurer

après la semaine à la friche, il devenait évident que l'art se devait à la rue

il faudra avoir la patience des poèmes
tailler les lettres lentement
très lentement
(ou trouver un cutter moins branlant !)

essayer pleins de méthodes : expérimenter !

exaltation du nouveau né dans un art !

mon pochoir est modeste mais il est posé à l'orée d'une maison abandonné, surmonté d'un vaste arbre à papillon

marquer des mots,
appeler la rencontre.

Je vais me coucher, il est six heures, ce soir chez Bruge,
une belle journée qui commence.

DSCN6973


Fier de rentrer dans le monde de Pierrot, d'Epsilon, de Némo.

passant, arrête un instant ici ton chemin
d'autres fleuriront.

j'ai de l'or plein
les doigts
plein les mots

Manon disait : Midas !

je vais dormir, dorer, rêver...

Posté par norkhat à 05:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]