Au Bunker de la dernière Rafale

............le blog de Norkhat 0_O ...sous le signe du Capricorne et du hasard-objectif...

07 juin 2007

A friend asked me for a Sea Song...

SEA-SAW

The Sea of Sighs / lies beyond all sight
There, on the breeze in disguise  motion clouds vaporize emotions.

See the time / Seize all Minds
On the Maelstrom's Momentum

Still, my friend, the water of your Heart
or Fauna or Flora -two mystical mermaids-
will drown the soul in Love 'n drag you to
the end.

This is a sea of Lunar Laws that multiplie the Heads
Beware an Octopus of Visions !
Merging with HORIZONS
the colorful fictions of the Ocean's bed.

Vast & Vivified Suns shine underwater
Praisin' the greenest day of the greenest hour.

All that journey here request this Valid Void :
reflections of saphyr,
everlasting promises // of the bluish Lie.

A vague wave of the hand
to the Land...
They draw their dreams & they dive.

This is the Sea of Sighs, out of sight
and out of size..
.

Posté par norkhat à 15:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dream...

Je m'éveille à grands cris : "AU VOLEUR ! AU VOLEUR !"
Ce n'est pas moi : il me semble que l'on crie dans ma rue, j'ouvre les stores : au loin on s'enfuie, la rue est calme.

J'acquiesce en silence : à moi aussi on m'a volé mon rêve.
Mais nul besoin de m'habiller, tenter de jouer aux grands Vengeurs.

J'opte pour la léthargie. Ce rêve. Comment commencait-il ?

Vastes arcades d'une cité sur pilotis, dès qu'il y a un espace de mur suffisant y sont projetés des films en tous genres
et je veux dires tous les genres. Les gens déambulent sans les voir. Un phénomène de Réalité Augmenté ?
J'ai la conviction d'avoir payé pour cela : les murs animés ne sont qu'un des nombreux services de la ville.

C'est le futur. C'est ma faute. Quelquechose c'est produit, un grand cataclysme, mais je n'en sais pas plus pour le moment.
Interessant : je voulais accelerer le pas et voila que je décolle de quelque centimètres et que je fonce à toute allure sur une dizaine de mètres. On appelle ça "glisser".

Avec un peu de maîtrise je pourrais tout aussi bien voler ou disparaître, promet un prospectus, puis un grand sac en carton (un peu comme les sac à bouffe pour chat) : il est barriolé de design Enfantin : MAITRISEZ VOS POUVOIRS ! MANGEZ ..

(je ne me rappelle plus du nom) .

C'est une grande fête, j'écoute la conversation d'un père, de son fils et de quelques voisins : parfaitement, la dernière météorite n'avait rien de commune avec les autres : le grand coup de grâce, les trois quarts des cités rasées. L'humanité riche sur les ruines. Quand je pense que les gens d'Avant n'avaient pas remarqué les pouvoirs révélateurs des Saphirs importés de la planète Mars !

Une grande montagne s'est érigée en plein Venise, c'est là bas que je me rends, dans la cité d'un carnaval silencieux permanent, bien sûr, tout le monde porte son masque : en quelques minutes je bafoue les usages les plus élémentaires et au milieu des masques furieux je demande très narquoisement comment l'on devient ici Roi.

Le Roi est une personnage hirsute et sans masque il me défie à la montagne.

Je suis presque mort, je ne me rappelle plus très bien les règles du jeu, des amis d'autrefois apparaissent, essayent de me rappeler comment l'on fait, ce Biplan qui tournoie autour de la montange va bientot m'achever, il faut tirer dans l'espace plusieurs dizaines de mètres au-delà de l'endroit qu'il soit. Rappelle toi.

Le biplan explose.

Tout ce spectacle, toute cette histoire je la visionne en même temps que je la vis.

Le mariage et la reine : elle s'impatiente pendant que je me livre conscenscieusement à des rituels anciens,
couper une longue mèche des cheveux de la personne, la tresser, la passer très doucement, très lentement contre mes lèvres.

A quoi songaeis-je ? Retourner dans le passé ?
Je raconte très fidèlement ce rêve, je n'ajoute jamais rien, je cherche juste les mots appropriés pour des réalités souvent luxuriantes.
Cette personne que je devais tuer dans le rêve précédent, cet échec. Je suis sûr que tout cela a provoqué la situation présente.
(dans le rêve je ressens une sourde culpabilité, mêlé d'un sans-gêne, et d'un cynisme affreux à l'égard de personnes d'une temporalité dont je me sens exclu.)

Au voleur : on m'a volé mon dénouement. Une partie de moi même,  est resté dans la chambre de la reine...
elle était belle, mais il désirait autre chose de ce palais, de ce royaume, de cette Venise.

Posté par norkhat à 15:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]